;

Inscription

cross



Inscription

cross



Accueil Articles PHARRELL WILLIAMS ET ROBIN THICKE CONDAMNÉS POUR PLAGIAT
Article précedent

PHARRELL WILLIAMS ET ROBIN THICKE CONDAMNÉS POUR PLAGIAT

Article suivant
LOMEPAL : LES CHIFFRES DE VENTES DE SON ALBUM « JEANNINE » LA PETITE HISTOIRE DES CHAÎNES EN OR DANS LE RAP [DOSSIER]

Publiée le 15 December 2018 181 vues
Publiée by: cristine Categorie :People



PHARRELL WILLIAMS ET ROBIN THICKE CONDAMNÉS POUR PLAGIAT

Déscription :



PHARRELL WILLIAMS ET ROBIN THICKE CONDAMNÉS POUR PLAGIAT

 

Lourde amende pour les deux artistes !

Pharrell Williams et Robin Thicke condamnés pour plagiat

C'est un démêlé judiciaire qui durait depuis pas mal d'années maintenant... Et qui vient d'arriver à son terme, enfin ! Poursuivis pour avoir collé de trop près un morceau du génie Marvin Gaye pour leur hit Blurred Lines, Robin Thicke et Pharrell Williams ont été condamnés à verser plusieurs millions de dollars d'amende aux héritiers du chanteur décédé en 1984. Retour sur cette drôle d'affaire.

 

« Blurred Lines » ou le morceau à 5 millions de dollars !

Chanson la plus vendue en 2013, Blurred Lines a été un véritable carton. Un hit sucré signé Robin Thicke et Pharrell Williams, en featuring avec T.I, porté par un clip non moins pimenté, en présence de mannequins renversants, dont Emily Ratajkowski... Mais Blurred Lines, c'est aussi un tube qui a vite éveillé les soupçons de la famille de Marvin Gaye, car trop ressemblant à Got To Give It Up. De là s'en est suivi un passage devant les tribunaux qui a accouché d'une première sanction : des dommages et intérêts à hauteur de 7,4 millions de dollars.

Néanmoins, en dernière instance, la somme a été revue à la baisse. Robin Thicke et Marvin Gaye ont été condamnés à verser 5 millions de dollars aux héritiers de Marvin Gaye. Ces derniers obtiendront également 50 % des prochains profits réalisés par Blurred Lines. 

Moins de liberté de création pour les artistes US ? 

Dans des propos de 2015 et relayés par le Huffington Post, Pharrell Williams jugeait l'accusation de plagiat disproportionnée. Selon lui, comme pour une bonne partie des pontes de l'industrie musicale US, il s'agit ici d'une question d'inspiration plus que d'une simple copie :

« Le jugement pénalise n'importe quel créateur réalisant une oeuvre qui a pu être inspirée par une autre. Si nous perdons notre liberté à l'inspiration, nous allons nous réveiller un beau jour et toute l'industrie du divertissement sera paralysée par les procédures ».