;

Inscription

cross



Inscription

cross



Accueil Articles LACRIM DOIT-IL SE RENOUVELER ARTISTIQUEMENT ? [DOSSIER]
Article précedent

LACRIM DOIT-IL SE RENOUVELER ARTISTIQUEMENT ? [DOSSIER]

Article suivant
FUTURE RÉVÈLE COMMENT LES LABELS ARNAQUENT LES ARTISTES THE GAME BALANCE LES DOSSIERS SUR KIM KARDASHIAN

Publiée le 27 January 2019 482 vues
Publiée by: cristine4 Categorie :NEWS Rap fr



LACRIM DOIT-IL SE RENOUVELER ARTISTIQUEMENT ? [DOSSIER]

Déscription :



LACRIM DOIT-IL SE RENOUVELER ARTISTIQUEMENT ? [DOSSIER]

A quelques jours de la sortie de son nouvel album, Lacrim est face à un tournant de sa carrière.

Lacrim doit-il se renouveler artistiquement ? [DOSSIER]

 

S'il reste un poids lourd de l'industrie de la musique, doit-il continuer à miser sur ses acquis, ou amorcer un véritable renouvellement ?

Une carrière en constante progression

S’il y a bien une chose que l’on retient des textes de Lacrim, c’est que les balances et les chiffres ne mentent jamais. Calculatrice en main, il n’y aucun doute : la carrière de Lacrim est en progression constante depuis ses débuts. En 2017, Force & Honneur, avec 62.000 exemplaires écoulés en première semaine, triple le démarrage réalisé en 2014 par l’album Corleone. Même chose côté mixtapes : chaque volume de R.I.P.R.O a amélioré le score du précédent (24.000, 26.000, 44.000). Du point de vue purement comptable, les cinq dernières années de la carrière de Lacrim sont donc l’illustration assez nette d’une expression bien connue des auditeurs de rap français : « on monte tellement haut qu’on ne pourra plus redescendre ». 

Doit-il continuer à appliquer une recette qui a jusqu’ici toujours fonctionné ?

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, et si Lacrim devrait une fois de plus caracoler en tête du top albums, le voir réitérer ou dépasser les 100.000 ventes en première semaine semble compliqué, en particulier car les nouvelles règles de comptabilisation des écoutes en stream ont changé la donne et rendu moins spectaculaires les démarrages des têtes d’affiche. Mais au-delà de la question comptable, plus symbolique que révélatrice, l’accueil réservé à son prochain album, sobrement intitulé Lacrim et dont la sortie est prévue le 8 février, donnera de réelles indications sur la dynamique qui anime réellement la carrière du rappeur. Arrivé à un tournant, celui-ci est en effet face à de nombreuses interrogations, en particulier en termes de direction artistique : doit-il continuer à appliquer une recette qui a jusqu’ici toujours fonctionné, ou doit-il au contraire anticiper une éventuelle lassitude du public et se réinventer ? 

Le rap français, entre renouvellement constant et conservatisme 

La question du renouvellement artistique est récurrente dans le rap français, et deux écoles ont fini par se détacher au fil du temps : d’un côté, les artistes en constante évolution, appliqués à rester au contact des tendances, comme Rim’K ou Booba ; de l’autre, les rappeurs attachés à leurs acquis et à des sonorités pas forcément neuves, préférant risquer de laisser sur le côté la nouvelle génération d’auditeurs pour mieux coller à leur idéal artistique. Si Lacrim entre clairement dans la première catégorie, il ne faut pas oublier que son explosion est corrélée à celle de la trap en 2013-2014. Si ce sous-genre du rap a perduré depuis, ses sonorités ont fini par se mélanger à celles des autres tendances ayant émergé entre-temps. La trap pure et dure pratiquée par Lacrim sur Corleone ouR.I.P.R.O 1 est donc moins dominante à l’échelle du rap français aujourd’hui, et le rappeur a dû composer avec l’évolution des tendances pour ne pas rester figé dans les codes qui avaient fait son succès. 

Le rappeur a dû composer avec les tendances pour ne pas rester figé dans les codes qui avaient fait son succès

Si Lacrim a fait l’effort d’ajuster, par petites touches, sa direction artistique, une certaine redondance s’est en revanche installée sur le plan de l’imagerie et des thématiques. Meilleur baromètre possible, les réactions des haters et autres joyeux plaisantins sur les réseaux sociaux mettent en exergue les traits les plus caricaturaux de l’univers du rappeur -des éléments loin d’être parmi les plus pertinents pour juger de l’évolution d’un artiste, mais qui reflètent tout de même inévitablement un fond de vérité. Pêle-mêle, on citera donc : la passion obsessionnelle de Lacrim pour Narcos et autres séries Netflix basées sur le quotidien de narcotrafiquants sud-américains, ou encore sa propension à citer au minimum trois fois par couplet la dernière collection Philipp Plein. 

Changement d’échelle

Après cinq années de succès interrompues uniquement par ses problématiques judiciaires, Lacrim se retrouve en effet aujourd’hui face au tournant connu par la plupart des rappeurs de son calibre : alors que ses précédents projets étaient nourris par ses galères passées et construits sur son vécu mouvementé, l’auteur de Force & Honneur a aujourd’hui un statut de superstar, et son rap n’est donc plus alimenté par les mêmes mécanismes. Une problématique qui a plongé de nombreuses carrières dans le flou, un rappeur blasé ayant tendance à se reposer sur ses acquis sans forcément chercher à s’extirper de son marasme. A priori, la question ne devrait tout de même pas trop perturber Lacrim, si l’on en croit les motivations affichées dans ses derniers morceaux : « l’année d’avant j’avais la Patek Nautilus, là j’ai la Patek Tourbillon », scande-t-il ainsi sur Jon Snow, une manière de dire que ses ambitions ont juste changé d’échelle, mais que sa dalle est restée intacte

Lacrim n’est plus un ex-bandit reconverti dans le rap

Le changement de dimension de Lacrim est par ailleurs parfaitement symbolisé par le double-visuel de l’album à venir : s’il s’agit avant tout d’une représentation du passage de l’enfance à l’âge adulte, la deuxième cover, mettant en scène un tigre dans un hôtel de luxe, renvoie à l’imagerie presque baroque de barons du rap US comme Rick Ross et DJ Khaled, chez qui tout est prétexte à l'exagération. S’il a longtemps mis en avant son image d’ex-braqueur au vécu XXL, Lacrim semble ainsi avoir doucement tourné la page pour accepter pleinement son nouveau statut : toujours dans Jon Snow, il clame désormais « y’a des gros gaillards dans la rue qui m'demandent des photos, ils m'donnent leur téléphone, ils ont les mains qui tremblent ». Lacrim n’est plus un ex-bandit reconverti dans le rap, mais désormais une figure bigger than rap, qui peut se permettre de regarder l’industrie de haut : « mon contrat vaut la baraque à Olivier Nusse ». 

Des dynamiques nouvelles

A ce niveau, la question artistique pourrait paraître secondaire, mais elle reste essentielle : maintenir un tel statut suppose de continuer à marcher sur les hauteurs du game français sans faire de faux pas, et par conséquent, en maintenant un degré d’intérêt maximal pour son personnage, sa musique, ses clips, et plus globalement, son actualité. Là encore, tout semble toujours plus ambitieux : ces derniers mois, quand Lacrim a fait parler de lui, c’était surtout pour ses tournages de clips avec Rick RossSnoop Dogg ou 6ix9ine, nouvelle preuve des ambitions franchement spectaculaires du garçon, qui se donne les moyens de franchir un gros cap médiatique. Si Lacrim nous a habitué à collaborer avec des artistes américains sur ses précédents projets, les noms teasés ici font forte impression, d’autant qu’il ne s’agit pas ici d’un one shot sur lequel le rappeur a tout misé, mais bien de plusieurs collaborations distinctes venues grossir une tracklist déjà fort éployée. 

Travailler avec Snoop Dogg est le meilleur moyen d’apprendre à durer, côtoyer 6ix9ine est l’idéal pour jauger comment occuper l’espace

Une grosse liste de featurings qui permet par ailleurs de s’appuyer sur des noms déjà installés pour s’assurer un minimum de marge de manoeuvre, et s’inspirer, par la même occasion, de ce que leur expérience peut apporter. Travailler avec Snoop Dogg est le meilleur moyen d’apprendre à durer, côtoyer 6ix9ine est l’idéal pour jauger comment occuper l’espace médiatique. Par ailleurs, l’entourage artistique visiblement renouvelé de Lacrim, qui a laissé derrière lui sa proximité avec SCH et s’est rapproché de Booba, pourrait l’avoir lancé sur une nouvelle dynamique. 

L’un des indices les plus probants de l’ambition que porte Lacrim actuellement tient dans le format de ce nouveau projet : se permettre un double-album, le premier de sa carrière, à une période où l’on se demande justement s’il a encore assez de choses à dire pour éviter un contenu trop redondant, est un choix audacieux. Longtemps porté par l’urgence, d’abord dictée par les cavales, les ennuis judiciaires et la vie de rue, puis par la nécessité de percer rapidement pour en sortir, et à nouveau par les cavales et les ennuis judiciaires, Lacrim peut probablement un peu plus se permettre, aujourd’hui, de gérer les choses dans le calme. Avec un million d’albums vendus en 5 ans, et une Patek Tourbillon au poignet, quelques soucis se sont envolés, et d’autres sont apparus





Vous rencontrez un probleme sur notre site?
Vous avez une suggestion?