;

Inscription

cross



Inscription

cross



Accueil Articles FUTURE RÉVÈLE COMMENT LES LABELS ARNAQUENT LES ARTISTES
Article précedent

FUTURE RÉVÈLE COMMENT LES LABELS ARNAQUENT LES ARTISTES

Article suivant
Kanye West poursuit en justice les disques Roc-A-Fella et EMI, sans viande avec Jay-Z LACRIM DOIT-IL SE RENOUVELER ARTISTIQUEMENT ? [DOSSIER]

Publiée le 27 January 2019 75 vues
Publiée by: cristine4 Categorie :News rap US



FUTURE RÉVÈLE COMMENT LES LABELS ARNAQUENT LES ARTISTES

Déscription :



FUTURE RÉVÈLE COMMENT LES LABELS ARNAQUENT LES ARTISTES

Décidément drôle d'industrie que cette industrie du disque....

Future révèle comment les labels arnaquent les artistes

Actuellement en plein marathon promotionnel à l’occasion de la sortie vendredi 18 janvier dernier de WIZRD, Future s’est laissé aller à quelques confidences en interview.

Tandis que son contrat avec Epic a pris fin, le rappeur de 35 ans s’est lancé en interview dans un petit cours de gestion à l’attention des artistes débutants.

Désormais propriétaire plein et entier des masters selon ses dires, il ne saurait trop insister sur l’importance de ces derniers et ce d’autant plus « si vos enfants souhaitent profiter de votre musique le jour où vous n’êtes plus là ».

Selon lui, il revient donc aux artistes de mettre les choses au clair : « Qui peut signer quoi ? Qui détient quoi ? Quels droits appartiennent à qui ? C’est à vous de clarifier tout ça dès le départ, et ce d’autant plus que vous êtres populaire. »

« La popularité est un levier de négociation avec les labels. Cela permet d’exiger de voir les contrats, d’exiger de voir à qui appartiennent les masters. À chaque album vous devez faire un audit de la situation. »

En effet les labels n’hésitent pas à facturer telles et telles charges des années après : « Quand vient le cinquième album, ils arrivent qu’ils réclament des frais d’hôtel, de nourriture ou de transport relatifs de votre deuxième album. »

Dans un autre registre Future est revenu il y a quelques jours sur l’un de ses sujets favoris : la drogue.

Bien qu’il soit admis qu’il ait toujours exagéré sa consommation dans ses textes, il a cette fois reconnu que rester sobre lui a permis de mieux construire sa carrière.

Paradoxalement, il a cependant avoué avoir été des plus réticents à admettre publiquement avoir complètement arrêté de boire du lean, et ce pour une question d’image auprès de son public.

« Je ne voulais le dire à personne parce que je me disais qu’on allait se dire que ma musique a changé, que mes fans étaient trop habitués à me voir d’une certaine façon. »